"En coulisses"

Sur les planches comme sur un plateau de cinéma, l’aventure est collective. Pour les comédiens elle est aussi intérieure.
En coulisses, nous invite derrière le rideau rouge d’une pièce de théâtre de Thierry Harcourt, La fille sur la banquette arrière, et derrière les caméras de la Panavision sur le tournage du réalisateur Samuel Tudela à l’occasion de son film, Le chant des cigales, où j’ai été engagé comme photographe de plateau l’an passé.
J’y ai découvert un quotidien séquencé par des fragments de vies solitaires et d’instants de complicités.
Mon regard s’est rapidement intéressé sur ce qui se joue hors champ entre deux scènes : l’instant d’avant la performance, celui de l’adrénaline, de la concentration, celui du silence intérieur. Et puis l’instant d’après ; celui du relâchement, de la décompression mais aussi du questionnement.
La lumière que dégagent les comédiens dans leurs tranches de vies intimes dessine un trait d’union entre le réel et la fiction qui continue de les habiter hors champ. Une zone d’ébriété qui transcende parfois la réalité au point créer de nouveaux tableaux. J’ai choisi d’appliquer mes méthodes de travail issues de ma culture du reportage avec une focale fixe de 50 mm, fidèle au regard humain, pour y saisir des clichés pris sur le vif, au plus près des comédiens, dans leurs instants naturels. J’y ai cherché des gestes, des attitudes, des regards pour y attraper leurs petits secrets dissimulés.
 Laurence Porteil, derniers ajustements en coulisses, avant d'entrer en scène.
 Isabelle Tanakil à quelques minutes d'entrer en scène.
 Isabelle Tanakil
 La comédienne, Laurence Porteil, s'apprête à entrer en scène. -La fille sur la banquette arrière - 2016-
 Le comédien Christian Vadim, après un filage.
 Débrieff après le filage.
 Lionel Erdogan et Christian Vadim relâchent la pression.
 Isabelle Tanakil en loge à quelques minutes d'entrer en scène.
 En coulisses, tandis que la pièce entame son premier acte.
 Laurence Porteil et Isabelle Tanakil. Derniers ajustements avant les trois coups.
 Le metteur en scène Thierry Harcourt face à son équipe.
 Laurence Porteil, en attendant d'entrer en scène.
 Cohésion de la troupe autour de Christan Harcourt.
 Lionel Erdogan se prépare dans sa loge.